Archives par mot-clé : taille du capteur

Photo ….Photophones…. l’avenir ???

Depuis quelques années on entend parler de selfies, des autoportraits, égoportraits comme le disent si bien nos amis canadiens.

Je ne parlerai pas de ce phénomène, cela a déjà été traité et si ces photos sont souvent amusantes, je ne suis pas sûre que la qualité soit au rendez-vous. Mais ce n’est pas non plus le but de ces images qui sont surtout faites pour être envoyées, vite fait, à des amis, garder le souvenir d’un moment, ou même situer, avec le GPS intégré, un lieu.

Or, je lisais un article, dernièrement, qui parlait de photographie avec un smartphone, et cela parlait réellement de photo. On ne peut dire «la vraie photographie», car qui pourrait dire ce qu’est la «vraie photographie». Cela parlait d’un style de photo plus proche de ce que l’on peut faire avec un appareil photo traditionnel.

Parlerons-nous de téléphones pouvant faire des photos ou d’appareils photo permettant de téléphoner ?

Trouver un nouveau nom, cela, c’est déjà fait, puisque ces appareils, déjà plus performants que les téléphones permettant de faire des photos, sont appelés « photophones »

Il faut bien constater qu’il y a une grosse différence de qualité d’image entre les téléphones d’entrée de gamme et ces appareils plus perfectionnés, qui remarquons le au passage, coûtent le prix d’un bon petit appareil photo.

Ces derniers, dont les performances sont comparables à celles des compacts récents et même parfois supérieurs aux plus anciens reflex, présentent cependant quelques lacunes, principalement dans leur ergonomie.

La prise en main pour la photographie n’est pas aisée et souvent leur réactivité pas toujours très rapide. Entre le moment où l’on choisit de photographier et le résultat qui s’affiche, trop de temps s’est passé, du coup le résultat est décevant (sujet absent, moment dépassé, flou de bougé important). Et je ne parle pas du temps qu’il faudra pour réveiller l’appareil si l’on a activé un code de verrouillage.

L’autre problème est la taille du capteur. On l’a souvent répété, ce n’est pas forcément le nombre de pixels qui compte, mais la taille des photosites, et dans ce cas, la taille est pratiquement dix fois plus petite que sur un reflex pro. Qui dit petits photosites, dit moindre qualité de ceux-ci.

Résultat : difficulté pour traiter des sujets sombres ou trop clairs.

Mais la taille du capteur induit aussi que les objectifs sont de courte focale avec une très grande profondeur de champ. Obligation de se rapprocher des sujets, d’où déformation des perspectives quand on est près de son sujet.

(On parle de l’arrivée prochaine sur le marché d’appareil à objectifs multiples).

Et pourtant malgré toutes ces contraintes techniques, les automatismes permettent de faire des photos réussies.

Certains d’entre nous font encore une grosse crise d’allergie quand on leur parle de ces photos sorties de téléphones. Indignes d’un vrai photographe, de qualité médiocre, pensent-ils, sans se rendre compte qu’ils n’ont peut-être pas tout vu, car il en est de la photographie avec des smartphones comme de la photographie avec un appareil photo : si la qualité de l’appareil est un plus, c’est l’œil de celui qui le tient qui fera la qualité de la photo. Je ne parle pas de technique dans ce cas.

Quoi que …

Les contraintes techniques de ces nouveaux appareils obligent aussi à des techniques de prises de vue différentes. Certaines, de base sont les mêmes que pour n’importe quel appareil, quand on manque de lumière penser à prendre un appui pour limiter le bouger, se rapprocher des sujets à photographier, etc, d’autres pas.

Mais ces photophones ont quand même un autre avantage : on a tellement l’habitude de voir des téléphones dans toutes les mains, qu’il est facile de faire des photos discrètement (penser à débrancher les alarmes visuelles ou bruits quand même). Assis sur un banc ou dans la foule, on est l’anonyme qui regarde ses messages et l’on peut photographier sans se faire voir.

Cependant, ce n’est pas parce que ces appareils sont automatiques qu’il ne faut rien faire. Les post traitements sont toujours aussi utiles si l’on souhaite présenter des photos de qualité.

Alors est-ce que l’avenir de la photographie est dans le photophone ???

Comme on dit « seul l’avenir nous le dira ».

                                                                            Dany Corriez Jerphagnon

Dans ce texte, j’ai « zappé » beaucoup de possibilités d’utilisation de ces appareils, HDR et autres possibilités de réglages, car il ne s’agit pas ici de vous faire un cours.

Ceux intéressés au club pourront se renseigner ou, par exemple, lire l’article qui est consacré à la «Photographie au smartphone» dans la revue Chasseur d’Image du mois d’avril. Ceux qui les utilisent déjà sont invités à apporter des photos lors de notre réunion mensuelle, et nous montrer ce que l’on peut faire avec ces appareils.