Vidéo et diaporama – Rétro 2018

En 2018, l’activité a été intense au sein de la section « vidéo & diaporama » et principalement du côté vidéo car, malheureusement, l’activité diaporama (ou plus exactement « film photo ») s’est amenuisée au fil des mois jusqu’à s’arrêter au dernier trimestre, faute d’adeptes en nombre suffisant et de projet collectif nouveau. Ceci dit, certains membres se retrouvent désormais en petit comité, hors réunions, pour travailler ensemble un sujet et ça, c’est super.
Qui sait si, à l’avenir, l’activité ne connaîtra pas une nième renaissance. En tout cas, grand merci à Philippe Merriaux pour nous avoir patiemment « déniaisés » ces dernières années à propos de l’utilisation de PTE (PictureToExe, l’outil de référence pour les diaporamistes numériques). Notons, en point d’orgue de l’année, la soirée du 7 décembre à l’Espace Sainte-Anne organisée par Patrick Worthington avec la projection de montages issus de concours nationaux et internationaux.

Si l’on en revient à la vidéo, la section peut afficher au compteur en tout 17 réunions (avec en moyenne 9 participants) qui se sont réparties en 10 réunions vidéo « ordinaires », 3 réunions atelier vidéo et 4 réunions pour le montage du projet club. Signe positif : nous avons commencé l’année en organisant les réunions dans notre local club à Savidan et, à cause du « sureffectif », nous avons dû la terminer en migrant vers l’Espace Sainte-Anne. Qu’on se rassure, il n’y aura pas de méchant « dégraissage ». On se réjouit de cette hausse de fréquentation qui se traduit aussi par une ambiance conviviale et participative. Il a fallu en effet être constructif l’an dernier pour mettre sur pied le projet club, impulsé par Bernard Barré, finalement intitulé (après maints débats et votes) « Dis Papy, on rembobine ». Ce projet, largement conçu au sein des réunions club, a été tourné début juillet à Plestin-les-Grèves et s’est concrétisé, fin septembre, par un court métrage de 7 minutes que l’on a présenté aux Rencontres Vidéo à Marseille. Pas de trophée pour ce film mais la satisfaction d’avoir réalisé un « truc sympa » et pas trop mal fichu dans une ambiance fort conviviale. What else …

Au cours de nos réunions, bien d’autres films ont été présentés, ce qui prouve le dynamisme des membres de la section. Mais nous ne rentrerons pas dans les détails ici. On a d’ailleurs pu voir une partie de ces réalisations lors du Salon de fin d’année, sur le moniteur TV qui passait en boucle dans la galerie une sélection de nos films et diaporamas. A Marseille, à la mi-octobre, pour les Rencontres Vidéo, nous étions deux représentants d’OIT, Joseph La Personne et moi-même, avec nos épouses respectives. Trois films ont été présentés. Notre fiction club « Dis Papy, on rembobine », un film exercice de Joseph, sur le thème « Fais moi peur », intitulé « Sélia et son ordi » et un petit film regard de votre serviteur ayant pour titre « Le faiseur de créatures » (le sculpteur Alain Brouard en pleine action). Ce dernier film est passé à deux doigts d’une petite distinction mais ça ne s’est pas fait. Il figure malgré tout dans la liste du Trophée Jean Masson.

La fin de l’année a été assombrie par l’annonce du décès d’un de nos membres, Gilles Trentesaux. On le savait malade. Il s’était fait plus rare depuis l’été dernier, tout en gardant le contact par mail. Il maîtrisait bien PTE et soignait la qualité de ses photos. Il nous a ainsi offert de bien beaux diaporamas que nous avons eu à cœur de revisionner dernièrement en séance club, à sa mémoire.

Au chapitre de la formation, 2018 a vu la phase finale de l’initiation à Pinnacle Studio, conjointe avec TV-Trégor, dans les locaux de cette association partenaire. La formation a été suivie assidument par quatre de nos adhérents et a donné lieu, au final, en juin, à la réalisation par binômes d’un petit montage autour de rushes empruntés au film « Vies et Morts de Mallargé », sur l’histoire des Gras de Lannion. Espérons désormais que cette formation, immortalisée sous la forme d’un tuto papier/pdf par Jean Le Rouzic, aura été utile pour que chacun puisse mieux maîtriser l’outil de montage, ce qui est indispensable pour réaliser de bons films.
Et puis, il y a eu aussi, dans nos locaux, trois séances de formation à la numérisation de vieux films ou de cassettes. Ce qui nous amène aux investissements car nous avons acquis à cet effet un scanner de films 8mm/Super8 qui semble un peu fragile mais qui marche après un aller/retour au SAV. Ce scanner est disponible au prêt ainsi qu’une visionneuse et une colleuse. Au chapitre du « turn over », signalons la revente d’un de nos PC de montage qui ne servait plus guère. Il nous en reste un qui est très performant, et ça nous suffit.

En résumé, 2018 fut encore une année bien remplie, riche d’enseignements et de bons moments pour les adhérents. Et il semble bien que 2019 sera du même acabit si l’on en juge par les nombreux projets qui mijotent actuellement. Let’s go, HNY …

Jean-Dominique Gauthier