Vous avez dit Rencontre(s) ?

Savez-vous qu’on m’a obligé ce mois-ci à sortir de ma retraite paisible au sommet du Méné-Bré ? Je ne vous dirai pas qui se cache derrière ce « on » car je ne suis pas un cafteur mais ce coquin me revaudra cela. On ne dérange pas impunément Ronchoit, n’est-ce pas ? Tout cela parce qu’il fallait lancer un grand élan d’inspiration au sujet du thème de l’an prochain « Rencontre(s) ». Et il n’y avait que votre serviteur pour relever un tel défi. Alors, courage, allons-y.

Rencontre(s), tel est le thème qui a été retenu, à la fois pour l’exposition photo du Salon d’OIT en 2019, et pour l’exercice vidéo d’Objectif-Image de l’an prochain.
Voilà un bien joli mot qui évoque beaucoup de choses différentes, des plus agréables aux plus inquiétantes. Un mot qui devrait être un catalyseur d’imagination tant pour les photographes que pour les vidéastes. Ainsi fera-t-on peut-être de belles rencontres, inattendues, insolites, voire amoureuses ; à moins qu’on ne fasse, au coin du bois, une mauvaise rencontre. Plus prosaïquement, on assistera, qui sait, à une rencontre au sommet entre personnages importants ou à une rencontre entre partenaires sociaux. On peut espérer éviter les rencontres sanglantes entre armées adverses, au détour d’un champ de bataille ou encore la rencontre-duel entre deux protagonistes fâchés à mort. Plus pacifiquement, mais toujours dans le registre de l’action, pourquoi ne pas viser la rencontre sportive qui voit s’affronter deux équipes chauffées à blanc. La rencontre sous-entend presque toujours une certaine tension, un stress propice à raconter une histoire en images. Et ceci, même quand les acteurs de cette rencontre ne sont pas humains. N’est-ce pas le cas, par exemple, de la rencontre entre le spermatozoïde et l’ovule, entre deux vaisseaux spatiaux qui se sont donné rendez-vous là-haut, ou encore entre deux rivières qui se rejoignent à leur confluent. Et quand l’eau douce finit par rencontrer l’eau salée, c’est l’appel du large, tout un programme pour rêver. Bon, ce n’est pas le moment de s’endormir. Au boulot maintenant ! Que diable, faisons phosphorer nos cellules grises et chauffer nos appareils. Sinon, nous n’aurons rien à montrer aux prochaines … Rencontres.

Votre dévoué.

Théophile Ronchoit

Image extraite d’une vidéo de Jean-Dominique Gauthier : « Prise de bec »