Lecture d’image « Alex Webb »

Alex Webb est considéré comme un des maîtres de la photo couleur et de la photo de rue. Il est né à San Francisco en 1952 de parents artistes et a vécu sa jeunesse sur la côte est des États-Unis. Après des études d’histoire, de littérature et d’art visuel, il se consacre à la photo et entre à l’agence Magnum en 1976. Si ses premiers travaux sont en noir et blanc, après un voyage dans les caraïbes où il est subjugué par la couleur et la lumière, il se mettra à la Kodachrome. Ses photos de scènes urbaines très colorées et aux compositions complexes, voire d’apparence chaotique, subliment des peuples et des lieux, à la façon d’un Cartier-Bresson qu’il considère comme son maître. Tout en jouant avec l’ombre, la lumière et la couleur ses images révèlent certaines tensions culturelles ou raciales, mais l’humour et le mystère n’y sont jamais totalement absents. Chaque projet est dédié à un pays ou un simple lieu : les États-Unis, à ses débuts, puis Haïti, le Mexique, Cuba, le Brésil, mais aussi Istanbul, l’Espagne, et certains pays de l’est. Ses expositions et sa quinzaine de livres sont conçus avec Rebecca son épouse, elle-même photographe. On aura un bon aperçu de son œuvre dans son livre publié en 2011  « The suffering light, thirty years of photographs » (Ed Aperture) difficile à trouver en français mais encore disponible en version anglaise. Sa dernière publication « Slant rhymes », commune avec Rebecca, date de 2017 et se veut plus poétique.

Dominique Pavy

Enregistrer