Lecture d’images: photos Nature créatives

Cette lecture a été réalisée le 11 avril 2017, dans le cadre de la préparation aux prochaines sorties Nature.

Depuis quelques années, nous voyons régulièrement des images Nature plus marquantes que d’autres, par leur originalité, par la créativité dans la composition ou l’usage de moyens techniques pas intuitivement associés à ce domaine de la Photographie…

Ainsi, Christian Ziegler nous montre régulièrement un usage du grand angle, permettant de situer le sujet visé dans son environnement. Ses images d’orchidées butinées par un colibri ou en haut d’une falaise calabraise en sont un bon exemple.

En macrophotographie, le flou (d’arrière plan et/ou d’avant plan) est souvent utilisé, mettant en évidence tout ou partie du sujet en l’isolant de son environnement. Diverses images des concours Nature de la FPF (les Coupe de France 2016 & National 2016, par exemple)  en présentent…

Depuis le Kenya, Tony Crocetta nous montre divers autres usages du flou pour renforcer l’aspect dramatique d’une situation ou un effet de masse d’animaux en déplacement, flamands ou gnous. De manière générale, je vous conseille de parcourir tout son portfolio, avec d’autres images peu courantes, parfois crues il est vrai, de la vie de la brousse.

Pour finir sur le thème du flou, le couple Guillaume Mazille / Marie Schneider (découvert via  « Aventures en Terre Animale », une série de documentaires présentés en 2016 sur Arte) nous présente un flou de longue pose autour des otaries.

A l’opposé, Philippe Martin nous présente ses images « HyperNature », à très grande profondeur de champ, issues de la fusion de multiples images, une opération très technique. Pour certains, ce n’est plus de la Photo Nature, mais qu’en sera-t-il quand un boitier nous proposera simplement la prise de vues multiples et leur fusion, comme on commence à le voir apparaître pour du HDR ?

Autre technique pointue, la photographie d’insectes en vol. Ghislain Simard en est devenu un des maitres actuels. A noter que pour certains grands papillons, c’est tout à fait abordable avec nos moyens actuels, un peu de chance mais aussi et surtout beaucoup d’observations et de persévérance.

Certains auteurs exploitent divers jeux de lumière : clair-obscur, contre-jour, reflets… Parmi eux, Vincent Munier, David Marlien

De manière générale, diverses images originales sont visibles sur les sites des compétitions de Montier en Der, du « Wildlife Photographer of The Year »

Indépendamment des sujets parfois exotiques, cette lecture a permis de voir diverses techniques créatives souvent faciles à mettre en œuvre, mais auxquelles on ne pense pas. Et maintenant…  il n’y a plus qu’à…    🙂

Philippe Printant