expos membres

N’oubliez pas d’aller voir notre rubrique d’annonces de vos expositions.

Régulièrement, de nouvelles expos apparaissent dans cet agenda spécial expos.

Vous y trouverez les renseignements utiles pour les visites, dates lieux, horaires.

Si vous voulez faire paraître vos annonces, écrivez moi, communiquez moi votre affiche en format Jpg et une petite description.

Une vie après Photoshop ?

Notre stage Photoshop de 2004. Pas de vidéoprojecteur, très peu de portables ; l’essentiel du matériel est prêté par le CNET.

 

Cela va bientôt faire vingt ans que le club a commencé à s’intéresser à la photo numérique et à faire des formations sur Photoshop. Pourquoi Photoshop ? Quand nous avions commencé (97-98), il n’y avait guère le choix. Il fallait :

  • des possibilités très étendues pour la retouche et le montage (plus précisément, une bonne implémentation des corrections par courbes et de bonnes fonctions de sélection pour des retouches localisées) ;
  • un fonctionnement à la fois sur MacOS et sur Windows ;
  • un fonctionnement le plus poussé possible en retouche non destructive.

Un peu plus tard, une bonne gestion de la couleur est venue s’ajouter à ce cahier des charges. Bref, il n’y avait pas d’alternative.

Le logiciel était très coûteux, mais on pouvait l’obtenir à moindre prix. Pendant quelque temps, une version allégée a été distribuée en prime avec divers scanners à plat, version qui donnait accès ensuite au produit complet au prix d’une simple mise à jour ; ensuite, on pouvait très bien travailler en ne faisant qu’une mise à jour sur trois. Ça restait coûteux, mais raisonnablement — la photo était encore un loisir onéreux. Cette voie d’accès à Photoshop s’est fermée quand Adobe a arrêté sa version allégée au profit de Photoshop Elements, une version réduite destinée au plus grand nombre, mais avec de grosses lacunes en retouche interdisant tout travail poussé sur les images (entre autres, ni courbes ni masques de fusion), et surtout sans possibilité de passage à la version complète. La situation s’est débloquée plus tard (2010) quand la Fédé a obtenu l’accès au tarif pédagogique pratiqué par Adobe — en gros, tous les prix étaient divisés par 4, y compris les mises à jour. De 2010 à 2015, pas moins de 75 de nos membres ont ainsi acheté une licence légale pour Photoshop.

Même pudiquement, il faut tout de même dire un mot de la période intermédiaire, où certains de nos membres ont trouvé des Photoshop pour beaucoup moins cher. Le club n’a jamais encouragé les pratiques douteuses, mais il est clair que certains de nos membres bien informés des recoins cachés du web ont pu secourir d’autres membres peu au fait de ces pratiques.

Cet état des choses s’est fissuré en 2015 quand Adobe a cessé de vendre ses logiciels pour les louer mois par mois. Sa proposition s’accompagnait d’avantages considérables : des tarifs beaucoup plus bas — en gros le tarif pédagogique pour tout le monde, davantage encore si on prenait d’autres logiciels comme Illustrator ou InDesign — et des mises à jour permanentes sans supplément de prix. A titre indicatif, Adobe propose actuellement le couple Photoshop + Lightroom pour 12€ par mois. Ce n’est objectivement pas cher, mais ça s’ajoute aux abonnements de toute nature, pour la musique, pour le cinéma, pour les logiciels Microsoft, etc. Il n’y a plus de tarif pédagogique. La Fédé a bien obtenu une petite ristourne mais l’adhésion à la Fédé coûte plus cher que cette ristourne.

La pierre d’achoppement est que ces logiciels loués cessent de fonctionner quand on arrête de payer. Cela n’arrêtera pas l’adhérent profondément accro qui n’envisage pas un instant de vivre sans photographier et sans retravailler ses photos ; il y a bien le risque que l’entreprise Adobe disparaisse, sans qu’on sache ce qui arriverait ensuite, mais ce n’est pas demain la veille. Le problème concerne tous les débutants qui viennent passer quelques années au club pour apprendre à maîtriser leurs photos et à les travailler et qui ne savent pas vers quoi ils se tourneront plus tard. Pourront-ils rouvrir leurs images quand leur Photoshop sera désactivé ou sont-ils condamnés à rester liés à Adobe ? En tant que débutants, nous les encourageons à utiliser les ressources non destructives de Photoshop et à enregistrer dans son format spécifique, afin de pouvoir reprendre à tout moment leurs retouches au fur et à mesure de leurs progrès. Cette pratique pourrait être remise en question.

Nous sommes donc amenés à rouvrir la question que nous avions close en 1998 : existe-il des alternatives viables à Photoshop, que nous pourrions utiliser et conseiller aux débutants dans nos formations à l’image numérique ? Il y a eu du neuf en 2016. Au moins deux logiciels existent qui remplissent le cahier des charges donné plus haut, qui ne sont pas chers, moins de 100 €, qui sont acquis à titre définitif , et qui, en prime, ouvrent la plupart des images de Photoshop (seuls les calques d’objets dynamiques ne restent pas fonctionnels une fois ouverts) : Affinity Photo et PhotoLine . Nous avons fait une petite présentation du premier lors de notre dernière réunion numérique.

Dans les deux cas, il s’agit de logiciels très ambitieux. A en croire leurs auteurs, ils pourraient faire tout ce que demande un amateur éclairé, voire exigeant, peut-être pas avec le même confort d’utilisation que Photoshop, mais vu le prix… Mais est-ce bien vrai ? J’ai commencé à explorer le premier comme le ferait un néophyte. Il y a clairement des lacunes ou des imperfections, mais on en est encore aux toutes premières versions du logiciel et on peut espérer qu’il ne s’agit que de problèmes de croissance, que les versions suivantes devraient résoudre.

A suivre, donc. Il va ensuite y avoir du pain sur la planche pour les animateurs : si nous en adoptons un, il faudra réorienter toutes nos actions de formation autour de ce nouveau logiciel. Sans pour autant abandonner Photoshop, notre MOOC étant venu à point nommé pour pérenniser nos formations antérieures.

Charles Vassallo, mars 2017

 

 

Enregistrer

Salon 2017 « Par la fenêtre »

Une commission vient d’être créée pour l’organisation de notre salon 2017.

Cette année, la commission est composée de 6 membres (pour le moment) et nous espérons bien être rejoints par quelques uns d’entre vous.

Une première réunion nous permet déjà de vous donner ces informations :

Le titre  » par la fenêtre  » a été choisi par vous, les membres présents lors de notre AG du 31 janvier 2017, mais cela vous le saviez déjà.

Tout au cours de l’année, nous envisageons des réunions pour découvrir ce que cache ce titre, simple au premier abord.

Ainsi  vous pourrez travailler sur ce thème, mettre en application les idées présentées ou qui vous viennent, puis confronter les résultats de vos essais photographiques (sans pour autant présenter la photo que vous comptez présenter à la sélection qui reste le plus possible anonyme).

C’est quand même le but de ce salon que de présenter, le plus possible, le travail que les membres ont effectué au cours de l’année, et donc ces réunions devraient nous aider tous.

La date de sélection des images pour le salon est fixée au mardi 17 octobre 2017, donc la date limite d’inscription de vos photos à la sélection sera une semaine avant, soit le mardi 10 octobre minuit.

Toujours la même adresse pour vos inscriptions, ainsi que pour toutes les questions que vous vous poseriez sur le salon : oit.expo@orange.fr

L’installation du salon commencera le mardi après midi 12 décembre, le vernissage sera le 15 décembre à 18h et l’exposition se déroulera du samedi 16 décembre 2017 au samedi 6 janvier 2018.

Bien sûr nous reviendrons sur toutes ces dates et informations au cours de l’année. Mais vous pourriez ainsi réserver ces jours dans vos agendas.

D’autre part, j’aimerais vous rappeler qu’il n’est pas obligatoire de faire partie du CA pour participer à la commission.

Il y a plein de tâches à faire et pour tous.

Jacques ayant, pour des raisons personnelles, laissé le poste de commissaire du salon, bien qu’il continue  de participer activement à la commission d’organisation de notre expo, j’ai donc repris la charge de coordonner ce projet.

Je suis aussi entourée, de Michèle Ferrand-Lafaye, Jacqueline Guissez-Sapanel, Alain Marie, et Antoine Leblond dans cette commission, mais nous avons tous des occupations extérieures (pour ne pas parler de ceux qui ont un travail, hé oui, il n’y a pas que des retraités dans ce club) et votre aide sera la bienvenue.

Si vous voulez plus de détails, vous pouvez m’écrire DanyJerphagnon_O.I.T@orange.fr

Assemblées générales extraordinaire et ordinaire

Quelques images de notre assemblée du 31 janvier 2017, pour le souvenir :

Le rendez vous était à 20h10 pour décharger la voiture des boissons et biscuits pour le pot de la fin de l’assemblée, presque tout le CA participe au transport.

Le chargement à la fin de l’AG a été moins agréable car il s’est fait sous la pluie, mais là nous avons eu de la chance.

20h25, les chaises sont prêtes, on n’attend plus que les membres


Connectez-vous pour lire la suite !

Aujourd’hui, commence une nouvelle année dans la vie du club.

Les photos et certains commentaires sont de Charles Vassallo.

 

 

Festival Armoricourt 2017 – Concours pour la photo de l’affiche

Le comité Armoricourt vous propose de participer à un concours pour réaliser la photo de l’affiche de l’édition 2017 du festival de courts métrages qui aura lieu du 29/09 au 01/10 2017 à Plestin les Grèves.
Il y a un petit cahier des charges à respecter. La photo doit être verticale et au ratio 4:3 (1,33) pour s’inscrire dans un format papier standard A0, A3 ou A4 (ratio 1,41). L’affiche étant tirée au maximum en A0 (1188 * 840 mm), la définition de la photo devra être suffisante pour pouvoir supporter un tel agrandissement  : au minimum de 4000 * 3000 pixels.
Le paysage de fond doit être pris dans la lieue de Grève (entre Saint Michel en Grève et Saint Efflam). Ce peut être un détail du paysage. Il peut y avoir un ou plusieurs personnages, c’est même recommandé. Dans la photo, il faut qu’il y ait au moins un élément qui rappelle le cinéma (photomontage accepté). Parmi les éléments, il faut qu’il y ait un objet ou un personnage avec du rouge (le rouge Armoricourt que l’on retrouve dans le logo du Festival). Vous trouverez ci-dessous, à titre d’exemple, le panel des trois dernières affiches. Notez bien qu’il ne vous est pas demandé de composer l’affiche avec ses textes mais seulement de proposer une ou plusieurs photographies.
Ce qu’il y a à gagner à ce concours ? Principalement la gloire et le plaisir de participer. Si vous gagnez, votre nom figurera (si vous le souhaitez) en bas de l’affiche et vous aurez droit à deux pass gratuits pour tout le festival.
Photo(s)  à proposer avant le 30 avril 2017. Contact : Jean-Dominique Gauthier – email : jeando.gauthier@orange.fr

Assemblée Générale et choix du Thème du salon 2017

Mardi 31 janvier aura lieu ( Espace Sainte Anne) notre assemblée générale à 20h30 (heure du début de l’AG).

Comme vous avez pu le voir sur le bulletin qui vous a été envoyé nous procéderons par un vote à deux tours pour la sélection du thème de notre salon 2017.

À votre arrivée, vous choisirez le thème que vous préférez, puis en fin de réunion, vous devrez voter à nouveau pour l’un des deux thèmes qui seront arrivés en tête.

La commission sortante a sélectionné cette année trois thèmes et nous avons, comme toujours, ajouté le « thème » du printemps d’ O.I.

Comme vous avez pu le constater, le mot thème pour cette proposition d’ O.I., n’est pas très juste puisque c’est plus une façon de faire qu’un vrai thème.

Et comme c’est un vrai thème et un vrai titre que nous espérons pour notre salon de fin d’année, nous avons choisi d’autres mots.

  • ERRANCES
  • REPETITION
  • PAR LA FENÊTRE

Les mots eux mêmes peuvent exprimer plein de choses et  pour vous aider dans votre choix, nous avons mis quelques définitions en fin du bulletin spécial.

Les voici :

Errances.

Aller là où on n’avait pas projeté de se rendre au gré de l’humeur du moment, là où on ne vous attendait pas, sans projet, au gré des surprises imprévues, en dehors des sentiers battus.

Se laisser porter par son imagination, saisir l’instant, et rêver tout haut.

Répétition

La répétition se trouve partout, dans la nature, l’architecture, le milieu urbain, rural etc. Ce thème laisse un grand choix d’interprétation. Que ce soit des oiseaux sur un fil, des cailloux sur la plage, une file d’attente devant un commerce, tout rappelle la répétition que l’on côtoie dans notre environnement.

Par la fenêtre

La photo devra obligatoirement suggérer que la prise de vue est faite à travers une fenêtre derrière laquelle nous montrons, nous découvrons une scène. Le cadre de la fenêtre peut être présent en partie ou non.

Les thèmes sont libres, à travers la fenêtre d’un train, du métro, d’un bus, d’une maison, d’un appartement, d’un café ….. Des reflets peuvent montrer ce qui se passe du côté du photographe, des miroirs peuvent renvoyer une partie de la scène, c’est une possibilité d’images mises en abyme …

Minimaliste

Qui relève du minimalisme. Qui appartient, se rattache à l’art minimal.

Minimalisme : tendance esthétique contemporaine caractérisée par une économie extrême des moyens artistiques mis en œuvre.

Février, mois du Trophée

Notre réunion de janvier a été purement technique et pratique car nous y avons réalisé une bonne partie du montage du reportage sur le vernissage du salon des 50 ans du club. Une des principales difficultés a été la synchro entre les deux caméras qui avaient  capté les discours. Mais on voit qu’avec un peu de patience, on parvient à faire, avec Pinnacle Studio, du montage multicaméra digne de ce nom. Et ça a plus d’allure qu’un simple  plan fixe monotone. L’autre difficulté est d’arriver à harmoniser la température de couleur des deux caméras. Les deux camescopes étaient de marques différentes (Canon et Sony) et le résultat, même après correction, n’est pas totalement homogène. Le fait est que le Sony (le nouveau camescope du club) avait une colorimétrie irréprochable. Au final, j’ai terminé le montage seul un peu plus tard et le reportage a été mis en ligne le 21 janvier sur www.tv-tregor.com. N’hésitez pas à aller le visionner et à nous dire ce que vous en pensez.

Il manque un gros morceau à ce reportage. Il s’agit des interviews que nous avons réalisées de quatre de nos membres : Charles Vassallo, Pierre Le Cabec, Soizic Pénaud et Gilles Trentesaux. L’ensemble durant une heure aurait été trop long pour le reportage. Nous en ferons un montage “bonus track” à part, à l’attention des membres du club seulement.

La prochaine réunion technique aura lieu en mars, le mercredi 8 mars exactement, et l’on reviendra sur les nouveautés de Pinnacle Studio.

Mais auparavant, il y aura le mercredi 8 février la séance spéciale “Trophée Jean Masson”, en salle 2, à 20H30. Comme les années passées, nous visionnerons la sélection proposée par OI, films issus des dernières Rencontres Nationales à Trégunc. Nous en discuterons et évaluerons leurs qualités respectives afin de dégager un classement.  Celui-ci sera communiqué à OI National qui fera la synthèse de tous les clubs participants. Au final, le mieux coté recevra l’honorifique Trophée Jean Masson.

Autrement, du côté du diaporama numérique, le projet club avance lentement mais sûrement : ce sera l’illustration d’une chanson d’Henri Salvador “faire des ronds dans l’eau”. Pas si facile car le texte de la chanson est plus sybillin qu’il n’y paraît. Il reste encore pas mal de travail pour faire les images adéquates et pour monter tout cela sous PTE.

Point de réunion PTE en février pour cause de vacances diverses mais il y aura deux réunions en mars, dont la première sera le mercredi 1er mars à 20H30.

Et pour rester dans le domaine du diaporama numérique, signalons que le lendemain, le jeudi 2 mars, en salle 2, à 20H30, ce sera le prix Eymonerie : la projection/évaluation des montages issus des dernières Rencontres Diaporama d’Objectif-Image.

Quel programme ! Vous avez bien tout noté ? C’est certain ? Alors à très bientôt pour notre premier rendez-vous le 8 février.

Jean-Dominique Gauthier

PRINTEMPS d’Objectif Image

Comme vous le savez déjà, depuis quelques années, Objectif Image a lancé une opération qui concerne tous les photographes et tous les clubs de l’Union : exposer, durant la seconde quinzaine du mois de Mai, des photographies sur les lieux de travail à La Poste ou à Orange.

Le Printemps d’Objectif Image

Vous avez la possibilité, comme chaque année, d’exposer sur un thème qui est commun à tous.
Après La ligne en 2013, en 2014 génération famille, en 2015 l’étrange et la Solitude en 2016, nous vous rappelons le thème sélectionné par les adhérents :

MINIMALISME !

(Présentation et exemples ici).

Nous voudrions, par ce courrier, attirer votre attention sur l’importance que nous portons à cette manifestation d’expositions en interne, à La Poste et à Orange.

Le principe vous le connaissez.

Durant ces quinze jours, les photographes exposent sur les lieux de travail de La Poste et Orange. Pas besoin de grosses installations, liberté totale est donnée.
A vous de jouer.

Durant ces quinze jours nous devrons nous mobiliser, faire partie du même mouvement. Car ensemble, petits clubs ou grands nous aurons plus d’impact, c’est cela aussi une Union.

Mais au-delà des expositions interne à LA POSTE et à ORANGE, c’est l’occasion pour tous les photographes d’Objectif Image, de travailler ensemble sur le même thème. Quelque soit leur club et qu’ils travaillent ou non à La Poste ou à Orange.

Photographiquement…
Le Groupe Photo OI

Objectif Image Trégor